Carla Di Martino

Carla Di Martino
Chercheure
Atelier : Faut-il du temps pour rester humains ?

Ancienne élève de l’Ecole Normale de Pise, après des études en philosophie (PhD 2003) et plusieurs années dans la recherche et l'enseignement universitaires elle s’est rapprochée de questions de géopolitique (Diplôme IIIème Cycle 2018) pour s’impliquer dans la recherche-action médico-sociale et dans la gestion de projets interdisciplinaires SHS et Sciences Médicales. Elle a également travaillé au Samusocial International. Elle est actuellement Cheffe de Projet pour la valorisation et l’évaluation du projet PAERPA au sein de l’EA2694, au Pôle Recherche de la Faculté de Médecine de l’Université de Lille.

Atelier : Faut-il du temps pour rester humains ?
21 novembre 2019 17:30 - Salle AB

La pensée occidentale classique conçoit le temps de trois manières. Il y a Chronos : le temps physique, linéaire, dans lequel on évolue et qu’on peut mesurer. Il y a Kairos : l’instant, l’occasion, ce moment ponctuel qui fait la différence - la différence entre un « avant » et un « après ». Et il y a Aiôn, le(s) cycle(s) de l’univers et de la vie, les âges, l'ère, la génération. Aujourd’hui, à l’ère de la globalisation et de la médiatisation par internet, les réseaux sociaux, et des ressources technologiques de plus en plus performantes, nos sociétés vivent dans la simultanéité : dans l’immédiateté de l’information, dans le feu de l’action, dans l’urgence de la ré-action. Mais là où il y a action et urgence, il y a souvent nécessité d’une prise en charge. Dans les procédures de prise en charge médico-sociale, qu’elles soient personnalisées ou populationnelles, la question du temps s’impose, d’autant plus avec des personnes ou de populations en état de fragilité ou de vulnérabilité. Et elle se croise avec un autre enjeu majeur de nos sociétés actuelles : la nécessité de « rester humains ».

Partager :
#TIMEWORLD2019