Christophe Salomon

Christophe Salomon
Chercheur en physique
Conférence : Le tic-tac des horloges atomiques est-il vraiment régulier ?

Christophe Salomon est directeur de recherche au CNRS, membre du laboratoire Kastler Brossel (École normale supérieure (ENS) - CNRS - PSL-Sorbonne université - Collège de France) et responsable de l’équipe Gaz de Fermi ultra-froids à l’ENS. Spécialiste reconnu des atomes froids, Christophe Salomon a réalisé des travaux sur leur application à la mesure du temps et aux tests de physique fondamentale avec des horloges atomiques. Il a également étudié les propriétés des gaz quantiques refroidis à des températures de quelques nanokelvin, comme la superfluidité ou les solitons d’ondes de matière. Les gaz ultrafroids constituent des systèmes très bien contrôlés qui permettent de tester les modèles théoriques de la physique à N-corps souvent développés pour décrire les propriétés des électrons dans les solides. Dans le cadre du projet spatial européen ACES/PHARAO, Christophe Salomon s’intéresse aux horloges ultrastables dans l’espace et aux tests de la relativité générale. Christophe Salomon est membre de l'Académie des sciences.

Conférence : Le tic-tac des horloges atomiques est-il vraiment régulier ?
21 novembre 2019 10:45 - Amphi Louis Armand

Depuis plusieurs millénaires, la mesure du temps est au cœur de la vie sociale et économique. Initialement basés sur l'observation de phénomènes naturels périodiques tels que la rotation de la Terre ou les cycles lunaires, Galileo et Huygens, avec l'invention du pendule, ont ouvert l'ère des horloges de haute précision. Aujourd'hui, les technologies quantiques et les atomes refroidis par laser constituent le cœur des horloges modernes. Ces dispositifs affichent une erreur de moins d'une seconde sur l’âge de l’univers, environ 14 milliards d’années. Dans cette présentation, les principes des horloges atomiques seront discutés ainsi que des applications telles que les systèmes de navigation par satellite ou les tests de lois physiques fondamentales. Enfin, des perspectives pour des horloges encore plus stables utilisant des gaz quantiques dégénérés ou des atomes corrélés seront esquissées.

Partager :
#TIMEWORLD2019