Corentin Bordelot

Corentin Bordelot
Violoniste
Spectacle : TimeWorldNight

Après cinq saisons à l'Orchestre national de Lyon et une en tant qu'alto solo à l'Orchestre philharmonique royal de Liège, Corentin est depuis janvier 2015 troisième alto solo à l'Orchestre national de France. Né en 1986, il commence l'alto à l'âge de 6 ans. En 2005, il obtient un premier prix d'alto à l'unanimité au Conservatoire à rayonnement régional de Boulogne-Billancourt, dans la classe de Michel Michalakakos et Simone Feyrabend. Il entre la même année au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de Pierre-Henri Xuereb, obtenant son prix en mai 2009. Passionné par le métier d'orchestre depuis toujours, il prend part à l'Orchestre français des jeunes dès 2006. Son parcours orchestral l'a amené à jouer sous la baguette de chefs tels que Esa-Pekka Salonen, Bernard Haitink, Riccardo Muti, Daniele Gatti, Emmanuel Krivine, Leonard Slatkin, Tugan Sokhiev et Gianandrea Noseda. Musicien et chambriste, il a notamment collaboré avec Menahem Pressler, le Quatuor Zaïde, le Quatuor Voce, les Dissonances, le Balcon, l'Orchestre d'Auvergne ou le Philharmonia Orchestra. Corentin joue sur un alto de Pierre Caradot de 1999.

Spectacle : TimeWorldNight
23 novembre 2019 18:00 - Amphi Gaston Berger

Et si on prenait l’œuvre d’Arnold Schoenberg au mot ? « La nuit transfigurée » inspirée par le poème de Richard Dehmel ne serait-elle pas encore plus impressionnante si on n’avait que notre ouïe pour en recevoir la beauté ? Après la lecture du poème dans un noir complet le spectateur entendrait le chef-d’œuvre de Schoenberg dans sa version pour sextuor à cordes joué dans une obscurité quasi totale. Cette mise en espace permettrait à l’auditeur d’avoir une nouvelle perception de la pièce. Une création lumière évoquant la nuit habillerait la salle avec des couleurs sombres. Les musiciens présents ne seraient que voix et leur présence uniquement auditive. Une expérience jamais faite car elle nécessite l’exécution de l’œuvre par cœur, sans partition ni pupitre par les six musiciens. « La nuit transfigurée » est une œuvre qui a vu le jour au carrefour entre le romantisme germanique du 19ème siècle et le modernisme qu’ont établi Schoenberg et ses deux disciples, Berg et Webern. Interprété par Ana Millet, Juliette Salmona, Corentin Bordelot, David Haroutunian, Pauline Bartissol, Sarah Chanaf. Lecture par Simon Abkarian.

Partager :
#TIMEWORLD2019