Pierre Zielinsky

Pierre Zielinsky
Pilote de ligne
Conférence : Le temps est-il l’ennemi de l’aviateur ?

Pierre Zielinsky est pilote de ligne, après une longue première carrière de pilote militaire. Celle-ci s’est en effet déroulée principalement dans l’armée de l’air durant dix-neuf ans, plus précisément dans les liaisons aériennes gouvernementales et présidentielles, l’Escadron de Transport 60 à Vélizy-Villacoublay. Issu de la promotion 1998 « Général Heurtaux » de l’Ecole de l’Air de Salon de Provence, il a débuté après sa scolarité en tant que copilote, puis commandant de bord et instructeur successivement sur Dassault Falcon 50, 900 et Airbus A330. Parallèlement à sa spécialité de pilote, Pierre a également assumé des responsabilités importantes : chef pilote Falcon de 2008 à 2010, détaché à l’état-major de l’armée de l’air en 2010-2012, chef des opérations en 2012-2014, puis commandant de l’escadron entre 2015 et 2017, responsable de 150 personnes, 5 flottes différentes d’aéronefs et des milliers d’heures de vol avec des passagers de premier rang réalisées annuellement sans incident. Tout au long de sa carrière, la sécurité des vols, l’excellence du service rendu et la qualité de l’instruction ont été au cœur de ses préoccupations. Aujourd’hui, Pierre exerce son métier au sein de la société Air France, sur Airbus A320.
Conférence : Le temps est-il l’ennemi de l’aviateur ?
22 novembre 2019 11:30 - Amphi Louis Armand
" Time critical " : 208 secondes. C’est le temps, à la fois long et vertigineusement court, dont le commandant Chesley Sullenberger et son équipage ont disposé pour prendre la mesure d’une situation qui allait les mener à amerrir sur l’Hudson en 2009. En aéronautique, aujourd’hui comme depuis toujours, la course contre le temps est partout : technologie, maintenance, application des procédures, opérations militaires, mais aussi et surtout dans l’exercice des fonctions cognitives des aviateurs. Les entraînements des pilotes, particulièrement orientés vers l’amélioration de ces compétences plutôt que vers une répétition stérile de manœuvres, visent ainsi à mieux prendre en compte le facteur temporel dans l’exercice du leadership et la gestion de la charge de travail dans un cockpit d’aéronef, qu’il soit monopiloté ou utilisé en équipage. Ce facteur apparaît en effet vite comme un obstacle inéluctable et stressant pour l’aviateur, y compris en situation normale. Mais en y regardant de plus près, le temps ne serait-il finalement pas plutôt l’arme de la sécurité et l’allié du pilote ?
Partager :
#TIMEWORLD2019